RSS Twitter Facebook

 La mécanique du cœur
Auteur : Mathias Malzieu
Année : 2007
Langue d'origine : français


6/10 (1 critique)


Histoire :
C'est le jour le plus froid du monde que Little Jack choisit d'y venir. Constatant que son cœur est gelé, la sage-femme-sorcière qui l'a fait naitre remplace l'organe défectueux par une horloge. Mais la réparation de fortune est fragile, aussi Jack ne peut soumettre son cœur à aucune émotion forte, et surtout pas l'amour...
 
Critique par Julie postée le 10-11-2009 à 10:36
Note : 6/10
A priori, il y a du mieux dans ce troisième ouvrage de Malzieu : on y trouve à la fois une/des histoire(s) avec des tenants et aboutissants (ce qui faisait cruellement défaut à son recueil de nouvelles un peu plat) et un éloignement de la forme autobiographique qui rendait ce recueil comme son premier roman un peu trop 'Mathiasmalzieucentrique' pour tendre à l'universel. D'ailleurs quoi de plus universel qu'un conte ?

A posteriori c'est en fait le problème inverse qui plombe le bouquin : La mécanique du cœur est une machine romanesque pleine de potentiel mais grippée par trop d'influences et de parasites à l'imagination. Mathias Malzieu ne parvient pas ici à créer son univers propre, car trop emprunteur.

C'est un détail qui m'avait embêtée dans le premier livre : la 4ème de couverture, qui listait juste les goûts de Malzieu, comme si aimer des auteurs vous confinait leur talent. Or ici, cette admiration pas le moins du monde dissimulée pour Tim Burton ou Lewis Caroll dessert le livre : le sentiment de déjà-vu pèse énormément sur la lecture et transforme La mécanique du cœur en un assemblages de rouages piqués à droite à gauche chez d'autres conteurs bien connus. Et ce, du décorum (on pense au Freaks de Browning) aux situations (Edward aux mains d'argent) en passant par les personnages : une fois que Jack quitte Edimbourg et les premiers protagonistes de l'histoire, la moitié des personnages qu'il va rencontrer ne sont même pas des inventions.

Alors, peut-être conscient de cette faiblesse au sein de sa mécanique, Malzieu trouve une façon alternative d'imprégner son livre de lui-même, de sa personnalité : son groupe de rock a sorti dans le même temps la BO du bouquin. Pas de chance, elle renforce l'effet expliqué ci dessus et contribue à faire écran à la capacité d'imagination du lecteur. J'ai personnellement un peu de mal avec la musique franglaise et un rien hystérique de Dinonysos mais je pense objectivement que le problème n'est pas là. Certaines chansons m'ont beaucoup plues, faites rire ou touchée mais j'ai nettement plus apprécié ma première lecture du bouquin, antérieure à l'écoute. Car après s'être passé le CD, impossible de rouvrir le roman sans voir les bobines de Malzieu et Olivia Ruiz sur Jack et Miss Acacia, toutes les voix et même les notes nous sont imposées bref c'est comme de voir un film avant de lire le livre et de ne plus être capable de voir Frodo autrement que sous les traits d'Elijah Wood.

En revanche, là on retrouve plaisamment la patte de Malzieu, c'est dans la stylistique. Son amour des mots ici au service d'une histoire "originale" est souvent joyeusement communicatif. Inégal cependant : les sublimes paragraphes d'ouverture font peu à peu place à des tournures un peu plate, et certaines 'audaces' apparaissent comme des 'trucs' voire des trucages, ceux-là même dont cherche à se débarrasser le héros.

Ultime déception : tout ça tombe un peu à plat : si la fin est scénaristiquement intéressante, les derniers mots laissent en fait le lecteur sur sa faim, comme si l'auteur avait juste noté que le nombre de signes de son bouquin avait atteint le seuil du "publiable" et s'était arrêté là.

Encore une fois, on a le sentiment de lire un premier jet, un brouillon prometteur mais en aucun cas un livre abouti tel qu'il aurait du le devenir après un travail de réécriture et un passage dans les mains d'un éditeur.
Encore une fois, on a le sentiment qu'un parfait inconnu aurait vu l'exact même roman refusé, ou sérieusement retravaillé... Un peu frustrant. Mais dans l'espoir que l'auteur apprenne, parce qu'on ne doute finalement toujours pas une seconde de sa sincérité, et qu'on ne peut effacer le plaisir linguistique pris ça et là, sans doute qu'on guettera tout de même la sortie du prochain... Peut-être, enfin, un premier roman sans trucages ?


Votre avis rejoint-il cette critique ?
Oui (0)
/ Non (1)

Ca donne envie de découvrir le livre ! (0)
EN DIRECT DE TWITTER
VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE...
Aucun film/livre n'a pu vous être recommandé.

(Comment ça marche ?)