RSS Twitter Facebook

 The Amazing Spider-Man 2
Réalisateur : Marc Webb
Année : 2014
Acteurs : Andrew Gardfield, Emma Stone, Dane DeHaan, Jamie Fox
Pays : Etats Unis


5/10 (1 critique)


Synopsis :
Héros ou monstre ? Bien qu'apparemment adulé des New-Yorkais, Spider-Man créé malgré tout la controverse chez quelques uns, entre autres : Max Dillon, employé bafoué d'Oscorp devenu "Electro" et résolu à se venger de l'homme araignée, mais aussi Harry Osborn, nouveau dirigeant de la société et meilleur ami de Peter Parker....
 
Critique par Julie postée le 02-06-2014 à 10:21
Note : 5/10
Rédiger la critique d'un mauvais film n'est pas toujours aussi aisé qu'on le croit, selon les attentes qu'on y place, et selon le potentiel que recèle l'oeuvre, quand bien même s'avère-t-elle ratée. Et si le 'premier' (tout est relatif) Spider-Man de 2012 était un film qui manquait avant tout d'âme, qui laissait surtout le spectateur indifférent, ce second volet, moins bien scénarisé, moins bien maîtrisé est paradoxalement sources de plus de regrets. Car oui, cette fois, il y avait sans doute un bon film planqué au cœur de cette chose protéiforme, ce monstrueux blockbuster atteint de gigantisme et de fait, beaucoup, beaucoup trop lourd pour tenir debout.

Le problème tient une nouvelle fois aux intentions : il ne s'agit plus seulement pour Sony de garder les droits sur le seul héros Marvel qui soit encore le leur, mais bien de concurrencer la machinerie Disney/Marvel qui a fait basculer tous les paradigmes du film de super-héros avec Avengers, savamment préparé par petites touches, film après film. Hélas Sony, lui, n'entend pas (n'a pas le luxe de ?) prendre son temps et ce Spider-Man 2 fait donc les frais de cette volonté de créer tout un univers d'un coup, mélangeant pas moins de 4 (limite 5) intrigues et ouvrant le moins subtilement du monde la voie une storyline précise des Comic Books pour le 3ème volet à venir. C'est même le sentiment final que laisse ce film : celui d'avoir servi à préparer la suite plus qu'à véritablement raconter quelque chose (il m'a été plus compliqué de pondre les 3 lignes de synopsis ci-dessus que l'intégralité de cette critique). Indice : quand une suite se sent obligée de démarrer par un flashback contant des événements antérieurs au premier volet c'est que le scénario part très mal...

Il faut dire que sur les 4 fils narratifs qui le composent, un se suffit à lui-même au point d'être totalement opportuniste (Electro), un second (les parents de Peter) se termine aux deux tiers du film sans n'avoir rien apporté du tout (dommage, il aurait suffit d'inverser 2 scènes dans le montage pour que l'une justifie l'autre) et un troisième est précipité très maladroitement vers son issue dans les 15 dernières minutes. Quid du 4ème ? Il s'agit pour moi de l'intrigue amoureuse Peter / Gwen, la mieux gérée du film.




Certes les atermoiements de Peter ne sont pas forcément passionnants en soi mais l'écriture des dialogues relève chaque scène (rappelons que le réalisateur, Mark Webb, excelle dans la comédie romantique) et surtout, l'alchimie des deux acteurs crève l'écran. C'est donc leur histoire qui donne son cœur au film, et sa résolution, attendue ou non, ne saurait laisser indifférent. Au point qu'elle en éclipserait la lourdeur (et les incohérences et facilités scénaristiques délirantes) du reste.

Le film a également l'intelligence de finir sur une scène à forte résonance thématique. Car si le scénario linéaire du premier volet était moins confus il touchait aussi moins au cœur, et l'imbroglio monstre de celui-ci aura tout de même le mérite de se souvenir de ce que représente Spider-Man, pour les gens et pour sa ville.

C'est ainsi qu'on ressort de la salle touché, plus mélancolique qu'autre chose, se repassant mentalement en boucle le choix qui fait la différence, en ayant presque oublié qu'on a surtout vu un beau nanar à peine réussi plastiquement (passé 2-3 bonnes idées de mise en scène la réalisation est plate et la lumière banale) et alignant les gâchis (Dane DeHaan, dont la prestation des plus intéressantes en Norman Osborn est à moitié flinguée par l'écriture).

C'est certes un brin malhonnête, mais reconnaissons-le, plutôt bien joué....


Votre avis rejoint-il cette critique ?
Oui (0)
/ Non (0)

Ca donne envie de découvrir le film ! (0)
EN DIRECT DE TWITTER
VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE...
Aucun film/livre n'a pu vous être recommandé.

(Comment ça marche ?)